© NIGEL HUDSON

Village de Pontlevoy

Un village où l’histoire de France s’est jouée.
Lieu d’une terrible bataille ou se sont affrontées  l’armée du Comte de Blois, Eudes II et celle du Comte d’Anjou, Foulques Nerra. Ce dernier ayant pour objectif l’invasion de Tours.

L’Abbaye de Pontlevoy

 

Fondée en 1034 par Gelduin, seigneur de Saumur, d’Amboise et de Chaumont, allié du comte Eudes II, l’abbaye reçut les moines de l’Ordre de saint Benoît. Ils y accueillent les malades et éduquent aussi des enfants.

Ruinée au cours de la guerre de Cent Ans, l’abbaye connaît un renouveau au XVIIe siècle.

En 1631, la Congrégation de Saint-Maur, un mouvement de réforme bénédictine, vint à l’Abbaye. Avec l’Abbé Pierre de Bérulle, le directeur à cette époque, l’Abbaye prospéra spirituellement et intellectuellement. Les moines décorèrent l’intérieur de la chapelle avec l’art baroque et construirent les bâtiments monastères qui existent encore aujourd’hui. Ils utilisèrent une pierre blanche, le tuffeau, qui est typique du Val de la Loire.

En 1644, les moines ouvrirent à nouveau le collège et construisirent les bâtiments pour les élèves à la face nord de la chapelle. En 1776, une école Militaire Royale a été établie par Louis XVI dans cette abbaye et sera classée troisième parmi les 12 écoles militaires royales. Au XVIIIe siècle, elle est considérée comme l’une des meilleures écoles préparatoires à l’école militaire.

A la révolution cette école militaire sera supprimée pour laisser la place à un collège dirigé par un bénédictin sécularisé. Occupé pendant la seconde guerre mondiale par les allemands,  les américains se servirent de l’Abbaye comme centre d’urgences pendant la Première et la Deuxième Guerre Mondiale. Les soldats français ont été abrités ici, et plus tard, les Allemands. Quand l’armée allemande partit, elle brûla tous sauf la chapelle, l’abbaye et les bâtiments fermés.

Le Musée dans la rue

Découvrez le village de Pontlevoy à travers une promenade d’environ une heure et demie, à la découverte de son patrimoine naturel et bâti et des vingt-cinq panneaux du « Musée dans la rue » dévoilant la vie quotidienne à Pontlevoy au début du XXe siècle, grâce à une sélection de la collection Clergeau, photographe Pontilévien, auteur de plus de 10 000 clichés.

Village natal d’un illustre chocolatier : Auguste Poulain

 

Auguste Poulain est né le 11 février 1825 à Pontlevoy, à la ferme des Bordes à côté du château du même nom (route de Chaumont). Ses parents, François Bruno Poulain et Jeanne Elise Galloux, sont des cultivateurs modestes et il est l’un de leurs 11 enfants !

Après de brèves études, il quitte dès neuf ans la ferme familiale et se lance à la recherche d’un emploi. Commis épicier à Bléré puis à Blois, c’est à 13 ans qu’il apprend à fabriquer le chocolat dans un magasin parisien, le Mortier d’Argent.

Il est le fondateur de Chocolat Poulain, une des plus anciennes marques de chocolat en France.En 1862, Victor-Auguste Poulain ouvre son usine, la Villette, sur un terrain stratégiquement situé entre la gare et le château de Blois.

Le Festival de Pontlevoy

Un festival de musique classique de renom

Dans un cadre remarquable, celui de l’abbaye de Pontlevoy, pour un public particulièrement fidèle, chaque été, se produisent artistes et ensembles invités.

Presque 200 artistes et ensembles ont donné plus de 250 concerts en 30 ans.

En 2019, 34 ans après nous restons fidèles à la volonté des créateurs : offrir les plus grandes œuvres du répertoire musical au plus grand nombre.

Connaissez-vous la légende de la pierre de minuit ?

Le dolmen dit « Pierre de Minuit », à l’est du village a sa légende : la nuit de Noël, fées et sorciers y tiendraient conseil et la pierre tournerait sur elle-même.
Malheur à ceux qui assisteraient à ce spectacle.