Cité de Montrichard

Le Long du Cher, la cité médiévale de Montrichard vient compléter la visite des châteaux de la Loire en offrant un voyage dans le temps.

Bénéficiant d’une localisation idéale pour les départs de visite : à seulement 15 minutes de route du majestueux château de Chenonceau, du château royal d’Amboise et de la cité de Saint-Aignan.

Cette authentique cité médiévale du XIème siècle, vous invite dans une ambiance médiévale à la découverte de son célèbre donjon, de ses fortifications, de ses rues pavées et d’un patrimoine historique moyenâgeux et d’un point de vue imprenable sur la vallée du Cher.

 

Le Donjon

Erigé sur la colline conquise par Foulques Nerra sur le domaine des Comtes de Blois, le donjon avait pour rôle d’assurer la défense du Comté d’Anjou et surveiller ce carrefour entre l’ancienne voie romaine est/ouest et la route nord/sud vers Compostelle.

Reconquis par Philippe-Auguste sur les Plantagênets en 1188, les comtes d’Amboise ont renforcé les fortifications du donjon par trois murs d’enceintes successif entre le XIe et le XVe siècle. Sur ordre d’Henri IV, pendant les troubles de la Ligue, le donjon fut arasé de douze pieds « à hauteur d’infamie » en représailles.

 

En juillet et août, le donjon prend vie le temps d’un nouveau spectacle nocturne :

Montrichard 3001 le nouvel âge   

Vous plongerez avec plus de 50 personnages dans différentes époques, des fastes de l’Antiquité aux scènes virevoltantes de Cape et d’épée jusqu’à un lointain Futur, et croiserez au détour d’un virage des personnages illustres de l’Histoire.

Les Maisons à pans de bois

Les maisons à pans de bois de la seconde moitié du XVème siècle  furent protégées par le clocher et résistèrent lors de l’effondrement des logis royaux sur l’église et les maisons voisines. Une cheminée à l’intérieur de l’une d’elles évoque le passage d’Anne de Bretagne dans la ville de Montrichard.

 

Maison de l’Ave Maria : (en cours de restauration)

Cette maison fut construite à la fin du XVe siècle et le début du XVIe. Selon la tradition elle servait de résidence aux chanoines d’Aigues Vives qui desservaient la chapelle du château (Eglise Sainte Croix). Le poteau cornier qui évoquait l’annonciation lui a donné son nom.